On the road again !

25 09 2008

Après trois mois de disette, résumé des épisodes précédents …

Fin juin. La fin de mon stage s’annonce. Rédaction de mon rapport, préparation de l’oral et recherche d’un emploi. Pas le temps de s’ennuyer à Torino. Après cinq semaines de pluie il fait maintenant trop chaud pour sortir dehors. Cela tombe bien j’ai plus le temps de me promener ! Ouf le rapport est bouclé à temps. Désormais je peux aborder sereinement mon retour en France. Le temps est venu des adieux. Mes collègues de travail que je ne remercierai jamais assez pour leur accueil, mes deux adorables colocataires et enfin mes propriétaires aux petits soins. Trois mois. C’est la seconde fois que j’ai un goût d’inachevé. On commence juste à prendre ses repères dans la ville, à apprendre la langue du pays (enfin c’est pas vrai pour le finnois …), à faire des connaissances par la même occasion, … et voilà qu’il faut partir. Bref  c’était noté dans le contrat : stage de 3 mois (et pas un de plus).

De retour au pays, pas le temps de se poser. Soutenance de stage qui a visiblement conquis le jury. Il faut dire que le public était de mon côté : quatre collègues avaient fait le déplacement depuis Settimo ! J’étais vraiment ravi de leur présence. Un bonne table de Limoges suivie d’une brasserie et voilà c’est fini. Nos chemins se séparent. Ciao !

Diplôme en poche il ne me reste plus qu’à trouver un emploi. Pour çà j’avais pris les devants. Dès la fin du mois de juin j’avais quatres entretiens plus ou moins fixés. Paris, Angoulême, Toulouse et Cologne (Allemagne). J’ai ainsi ajouté deux entretiens à mon emploi saisonnier au mois de juillet. En août pas de boulot alors du repos devant les J.O. et bien sûr deux autres entretiens. Pour les entretiens en France j’ai effectué les trajets en voiture mais je ne pouvais pas me le permettre pour monter à Cologne.

ThalysC’est donc en train que je me suis rendu en Allemagne. Pas de soucis à l’aller. L’entretien se passe bien. Mais voici l’heure du retour qui fut un peu plus mouvementé. Déjà je remarque un ralentissement anormal. Le Thalys s’immobilise quelques minutes puis repart. Bon çà devrait passer pour ma correspondance mais faudra pas trainer. En gare de Bruxelles l’arrêt me semble bien long. En effet après quinze minutes on nous annonce tout simplement qu’il n’y a pas de chauffeur de train pour continuer le parcours jusqu’à Paris gare du Nord. Je vais peut être vous l’apprendre mais je n’ai pas encore mon permis pour le train alors c’est avec grande déception que je l’annonce à mes 7 voisins de salon. Cet évènement a permis de converser et de le prendre avec humour. Et c’est là que je réalise que je peux prendre ma correspondance pour la gare d’austerlitz et me la mettre au … ! Bref je ne suis pas seul dans cette galère. Arrivé à quai je marche à grand pas à l’accueil Thalys. Une seule personne pour renseigner à grande vitesse tous ces voyageurs inquiets. Ma réactivité m’a permis d’être second dans la file d’attente … ah non troisième je viens de me faire doubler par un couple de cons. A noter que cette espèce n’est malheureusement pas en voie de disparition. Je reste poli en indiquant que j’étais là avant eux, etc. Mais le con est sourd et têtu alors il insiste. Lorsque son tour arrive il n’a pas le document nécessaire et se fait gentilment remercier par la guichetière puis par moi-même. Je suis pris en charge, il faut le dire rapidement. Je partage le taxi avec une belge. Notre chauffeur de taxi a manqué d’accidenté son véhicule plusieurs fois mais il y parvient quand même au moment de nous déposer devant l’hotel. Il est temps de quitter ce périple pour une calme chambre d’hotel. Il est tard je n’ai pas dîner. Je me console avec le mini-bar, pas de scrupule c’est la SNCF qui régale ! Lendemain matin dix minutes de marche pour rejoindre la gare d’Austerlitz. Arrivée à Limoges avec plus de douze heures de retard. Ainsi s’est cloturée ma session d’entretiens d’embauche.

Déjà fin août. Le verdict tombe. Suite aux emplois proposés par les entreprises il ne me faut pas longtemps pour faire le choix. C’est décidé je vais travailler en Allemagne.drapeau_allemand Je vais participer au développement de carrosseries automobiles comme « cad designer » (çà sonne mieux que dessinateur/projeteur !). Je commence le 1er octobre en cdi. Outre de nombreuses démarches administratives il me fallait en priorité trouver un logement. C’est fait. C’est une colocation enfin c’est un peu plus que çà. En effet il y a douze chambres. Cela tombe bien car je cherchais un logement où je ne serai pas seul et où je pourrai communiquer en anglais. Ah oui je ne parle pas un mot d’allemand. Je vous rassure l’entreprise est au courant. D’ailleurs elle est composée d’une trentaine de nationalités. Vous comprendrez aisément que l’anglais est la première langue parlée dans son enceinte. Bien sûr parler allemand sera un plus indéniable surtout pour la vie en dehors du travail. C’est certain je vais m’inscrire dès que possible aux cours proposés par l’entreprise ! Voici un nouveau challenge à relever. On the road again !

Le départ est programmé demain. 1100 km de routes (un périple avec une Clio I !) avec une belle escale à Strasbourg le temps du week-end. Lundi je m’installe et mercredi « top à la vachette ! ». Le début de ma vie professionnelle. Fini les belles années étudiantes … nostalgie. Hommage à la LiPro MNP »2″R et en particulier aux gradés MNP »3″R !


Actions

Informations



Une réponse à “On the road again !”

  1. 7 10 2008
    Alexandre DEXET (20:38:39) :

    Salut Greg,
    alors comme ça tu travail en Allemagne. C’est cool !!!! c’est un beau chalenge que tu vient de relever je suis impressionné.

    Je te souhaite un bonne continuation, bon courage et à bientôt j’espère.

    Alexandre DEXET dit Robot

Laisser un commentaire




Le Plus Complet des Guides ... |
kimou-serveur |
ummotest |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BLOG VERT ET ROUGE
| Blog Warhammer
| Mon tch'ot Blog !